Botox® ou toxine botulique à Paris

Le Botox par le docteur Nelly Gauthier

Avec l’acide hyaluronique, le Botox a révolutionné la médecine esthétique ces dernières années, offrant une alternative à certaines interventions de chirurgie esthétique.

Très largement utilisé dans le monde, son utilisation a connu certaines dérives, qu’un praticien expérimenté en médecine esthétique sait parfaitement anticiper. Comment bien rajeunir avec le Botox ?

Généralités sur le Botox® : c’est quoi la toxine botulique ?

Le Botox® est en réalité le nom commercial de la toxine botulique : quand une marque devient un nom commun comme Frigidaire® ou Caddy®, c’est la preuve d’un vrai succès populaire.

Petite histoire de la toxine botulique

A la base, cette molécule est une neurotoxine fabriquée par un germe de la même famille que le tétanos. Clostridium botulinum est responsable d’une maladie grave, le botulisme, dont le principal symptôme est une paralysie de tous les muscles : c’est ainsi qu’on découvrit l’action des toxines botuliques, isolées pour la première fois en 1946. En 1985, un médecin américain décide de l’utiliser pour traiter certaines formes de strabisme : le résultat est spectaculaire avec toutefois un effet secondaire… ses patients semblent rajeunir !

C’est ainsi que l’on va s’intéresser aux effets de cette toxine botulique pour traiter les rides du visage. En 2002, le Botox est le premier produit à recevoir aux USA une autorisation de mise sur le marché pour traiter les rides de la glabelle entre les sourcils : c’est le début d’un succès mondial, à ce jour inégalé.

Comment agit la toxine botulique ?

La toxine botulique agit à la jonction du nerf et du muscle, en bloquant chimiquement une synapse. En se fixant sur un récepteur, elle bloque l’influx nerveux : le muscle arrête alors de se contracter, on parle d’effet myo-relaxant.

Avec le vieillissement tissulaire, les tissus conjonctifs perdent une partie de leurs fibres les rendant moins élastiques et moins fermes : c’est vrai pour le derme de la peau, ça l’est aussi pour le SMAS, ce tissu fibreux qui soutient les muscles peauciers.

Ces muscles peauciers se contractent en permanence pour exprimer nos émotions de peur, de joie, de tristesse, de dégoût…

Avec le vieillissement, les muscles se contractent de plus en plus avec un tissu de soutien de moins en moins ferme : c’est ainsi que se forment les rides dynamiques ou d’expression.

En paralysant le muscle peaucier, le Botox va produire un relâchement musculaire… et la peau va se relisser.

Cette action est réversible et dure le plus souvent de 4 à 6 mois.

Les indications des injections de Botox

Les injections de Botox sont indiquées pour le plus souvent pour traiter les problèmes liés à une hypercontraction musculaire.

Traitement des rides du visage et du cou

C’est l’indication phare du Botox et son AMM originelle, avec une action rapide et réversible sur les rides d’expression ou dynamiques, liées à l’hyper-contraction musculaire intéressant principalement le haut du visage.

Cette amélioration des rides va porter ainsi sur :

  • les rides frontales, horizontales (muscle frontal)
  • les rides inter-sourcils, verticales (muscle corrugator) appelées aussi rides du lion ou rides de la glabelle ;
  • les rides de la patte d’oie (muscle orbiculaire externe) au coin externe de l’œil. Le traitement de ces différentes rides du tiers supérieur du visage permet de fortement rajeunir un regard sans chirurgie ;
  • les rides d’amertume (muscle dépresseur de l’angle de la bouche) au coin de la bouche ;
  • les rides du pli du nez (muscle releveur du nez) ou rides du lapin ;
  • les cordes verticales du cou d’origine musculaire (muscle platysma).

Traitement des autres hyper-contractions musculaires du visage

Une injection de toxine botulique a aussi des indications moins fréquentes, comme :

  • une rhinoplastie médicale, s’il convient de corriger un muscle puissant tirant la pointe du nez vers le bas lorsque le patient sourit.
  • un menton marqué par un profond sillon labio-mentonnier résultant d’une contraction du mentalis.
  • une mâchoire trop carrée, uniquement si cette anomalie esthétique est liée à une hypercontraction des muscles masséters.
  • un bruxisme, s’il est lié à hypercontraction des masséters la nuit avec atteinte ou pas de l’ATM (articulation temporo-mandibulaire).

Autres indications de la toxine botulique

La toxine botulique a de nombreuses autres indications, du strabisme à certaines formes d’incontinence.

On l’utilise aussi en médecine esthétique pour traiter l’hypersudation ou hyperhidrose, car le médiateur bloqué par la toxine (l’acétylcholine) déclenche aussi la sécrétion sudorale.

Indications légales pour le Botox

En France, le Botox® n’a l’AMM en médecine esthétique que pour l’hyperhidrose axillaire. Le Vistabel® est une autre marque de toxine botulique dont l’AMM légale permet de traiter les rides de la gabelle, frontales et canthales. Les autres indications se font hors AMM, mais sans risque comme en témoigne les millions de patients traités dans le monde.

Comment se passe une séance d’injection de Botox ?

C’est un acte simple, quasiment indolore, à effet progressif et réversible.

Les précautions avant le Botox

Une première consultation permet de vérifier les indications du traitement par le Botox, en fonction des troubles observés et de vos attentes. Au cas par cas, des traitements comme les anti coagulants peuvent être arrêtés.

Il ne faut pas avoir la zone congestionnée le jour des injections.

Le déroulé d’une séance d’injection de Botox

La zone est nettoyée et désinfectée.

Le produit est injecté dans le muscle correspondant, avec une aiguille fine. Tout l’art du praticien est de choisir le bon point d’entrée et la bonne profondeur. En accord avec les patients, je vise un rendu naturel pour avoir un visage rajeuni mais conservant ses expressions et son identité.

Les précautions après des injections de Botox

Il y a parfois quelques rougeurs ou de petites ecchymoses, qui s’estompent rapidement. La personne peut se remaquiller dans les 24 heures, sans éviction sociale.

Les résultats de l’injection de Botox

L’effet paralysant de la toxine botulique sur le muscle peaucier s’installe en quelques jours, avec un effet optimal en 10 à 15 jours maximum.

Les rides d’expression s’estompent fortement, le visage est rajeuni, le sourire ou le regard sont embellis.

Tout en conservant ses expressions, le patient apparaît moins fatigué ou moins sévère.
L’action est de 4 à 6 mois en moyenne, souvent plus court sur la première injection : il devient optimal à la troisième.

Je conseille de ne pas trop rapprocher les injections, au risque d’avoir un organisme qui développe une réaction de « rejet » : le produit deviendrait alors inefficace.

Questions à se poser avant un acte de médecine esthétique : cliquez ici

1 Commentaire

  • Rosalie
    Posté à 06:54h, 20 novembre Répondre

    Bonjour, le botox est aussi pour les hommes? si oui, puis-je m’injecter du botox sans me raser la barbe? merci par avance.

Commentaires

N’hésitez pas à laisser un commentaire au Dr Nelly Gauthier, elle vous répondra dans les meilleurs délais