Raffermir avec la Radiofréquence

ng12-15

« La radiofréquence a fait des progrès spectaculaires pour induire la rétractation des tissus et la dissolution des cellules graisseuses par la chaleur » explique le Dr Nelly Gauthier, médecin esthétique. La technologie dernier cri selon la pro?
« La radiofréquence transcutanée fractionnée, une indication idéale pour les cous gras, mous et fripés ».
Après anesthésie locale, des micro-aiguilles distribuent l’énergie dans les tissus de soutien profonds et la graisse sous-cutanée. Elles créent des zones de coagulation qui vont induire la contraction des fibres de collagène. On est rouge et gonflée pendant vingt-quatre heures et on reste marquée trois ou quatre jours. Si les premiers résultats apparaissent au bout d’une semaine, ils sont vraiment visibles six mois plus tard et durent entre deux et cinq ans.
« Comparée aux ultrasons, cette rétractation due à la chaleur donne une plus jolie qualité de peau, rosée, rafraîchie et pulpeuse. Et surtout cette technologie permet d’embellir un cou marqué, mais pas suffisamment relâché pour envisager la chirurgie », note le Dr Nelly Gauthier.
Le bon rythme?
Deux ou trois séances espacées de quinze jours au minimum.

ng12-15

Affiner avec la Cryolipolyse

On connaissait la révolution de la cryolipolyse(CoolSculpting) pour éliminer par le froid les bourrelets localisés sur les cuisses ou le ventre.
La société Zeltig a mis au point un nouvel applicateur, le CoolMini, qui permet de combler de petites zones comme le cou, le double menton ou les bajoues, « En dehors de la lipoaspiration ou du lifting, on ne disposait d’aucune technique capable d’affiner un cou ou un menton gras », précise le Dr Nelly Gauthier , médecin esthétique.
Le principe est inchangé: l’applicateur placé sous le cou le maintient au froid pendant une heure, afin de ‘cristalliser’ les cellules graisseuses et de déclencher leur mort naturelle et progressive, sans douleur ni effet secondaire. « En une ou deux séances; on obtient des résultats spectaculaires, parfois plus beaux qu’avec une lipoaspiration qui vide trop brutalement la peau de sa graisses, d’où un risque de relâchement, explique le médecin.
Ici les cellules se réorganisent pour combler les trous, d’où un rétractation cutanée harmonieuse. En trois mois maximum, le cou est redessiné »