LE REGARD – Analyse par le Dr GAUTHIER – Part III

Analyse du Regard .:: LES TEMPES ::.

« Le regard est la grande arme de la coquetterie »… disait Stendhal

Et c’est bien vrai pour tout le monde et à tous les âges de la vie !
Je vous rappelle que le regard est un ensemble indissociable composé des yeux dans un « écrin »

  • Paupières,
  • Front,
  • Tempes,
  • Cernes
  • Sourcils.

C’est sur cet « écrin » que nous pouvons agir.

Dans la 1ére partie je vous ai traité les paupières. Dans la 2éme j’ai traité le front.
Je vais vous parler maintenant des TEMPES.
Les tempes en vieillissant 1/se creusent. Ce qui contribue à donner au regard un aspect à la fois fatigué et « hagard ». Bien sûr les expositions solaires y laissent aussi des 2/troubles de la pigmentation (tâches de « vieillesse »). Enfin les expressions incessantes des yeux y laissent des rides qu’on appelle 3/les rides de la « patte d’oie » et qui sont parfois très jolies et parfois beaucoup moins.

1 – Les creux :

Avec l’âge, la répartition naturelle des graisses du visage évolue : certaines graisses disparaissent d’autres se déplacent. Au niveau des tempes la graisse qui entoure le regard de l’enfant disparait petit à petit … et la peau se rapproche de plus en plus du squelette.
L’œil se creuse et perd sa douceur.

Dans ce cas, la restauration du volume de l’orbite permettra de défatiguer et de rajeunir le regard.

Pour cela, 2 types de traitements sont possibles:

– Un traitement médical par injections d’acide hyaluronique. Ce traitement pourra être réalisé au cabinet.
Il devra être répété tous les 2 à 3 ans.
Les suites du traitement sont simples, avec une reprise immédiate des activités. Aucune éviction sociale.

– Un traitement chirurgical par remplissage du creux avec un lipofilling. Cette intervention se déroulera obligatoirement au bloc opératoire (sous anesthésie locale ou générale). Dans le même temps, un lipofilling d’autres zones du visage (pommettes, menton, tempes…) sera évidemment possible, voire même un lifting.

2 – Les troubles de la pigmentation :

Les traitements à base de lumière (lampe flash qu’on nomme aussi Intense Pulse Light) sont souvent très efficaces.

Le bon vieux traitement à l’azote, tâche par tâche, est lui aussi efficace mais n’agit pas sur la qualité globale de la peau des tempes comme le font les traitements à base de lumière.

Lorsque les tempes sont parcheminées de petites cassures et que la peau a totalement perdu l’élastine et le collagène qui font sa fraicheur il faut avoir recours aux traitements de resurfacing pour refaire « peau neuve ».
Les traitements de resurfacing sont alors nécessairement agressifs puisqu’il s’agit de renouveler totalement la peau de cette région.
Les options thérapeutiques de resurfacing sont :
• Le laser (CO2, Erbium) : le temps de cicatrisation est plus ou moins long (les lasers fractionnés permettent de guérir plus vite mais imposent plusieurs séances).
• Les peelings en sachant que seuls les peelings forts vont pouvoir renouveler la peau, les petits peelings n’ont pas d’action de régénération mais n’ont qu’une action stimulante.
• Les traitements ablatifs par radiofréquence, eux aussi, peuvent être plus ou moins fractionnés et comportent un temps de récupération de plusieurs jours.

3 – Les rides de la « patte d’oie »:

Les rides de la patte d’oie sont de très fines rides d’expression apparaissant au sourire ou au rire et situées sur les côtés des yeux. Ces rides sont liées à la contraction du muscle orbiculaire de l’œil. Le muscle orbiculaire de l’œil est un muscle faisant tout le tour de l’orbite et se contractant lorsque l’on plisse les yeux, que l’on sourit ou que l’on rit.

Comme toute ride d’expression, les ridules de la patte d’oie vont donner de l’expressivité au visage. Cependant, des rides trop présentes (ou présentes même au repos) vont donner un air fatigué au regard.

• Le traitement de première intention (et le plus utilisé) est la toxine botulique. En effet, un traitement des rides de la patte d’oie par la toxine botulique va permettre de déplisser la peau du contour de l’œil et d’atténuer les ridules lors du sourire et du rire. Ce traitement devra, comme pour tout traitement par toxine botulique, être renouvelé une à 2 fois par an. Les injections de toxine botulique dans les rides de la patte d’oie sont en général associées à celles de la queue du sourcil pour ouvrir et défatiguer le regard

• Un traitement complémentaire de resurfacing ou de stimulation collagénique peut être envisageable une fois que le traitement par toxine botulique a été réalisé (et après quelques jours, le temps que l’effet de la toxine se mette en place).

• Les injections d’acide hyaluronique dans ses rides ne donnent pas de bons résultats en général. On peut tout de fois essayer d’atténuer des rides profondes en nappant légèrement le fond de la ride par des injections fine et prudentes d’acide hyaluronique.
Il faut souvent les faire en plusieurs temps : 2 à 3 séances espacées de plusieurs semaines.

L’éclat ainsi retrouvé de nos tempes va participer à rendre toute sa puissance d’accroche et de séduction à cette « grande arme » qu’est notre regard.