LE REGARD – Analyse par le Dr GAUTHIER – Part V

Analyse du Regard .:: LES SOURCILS ::.

« Le regard est la grande arme de la coquetterie »… disait Stendhal

Et c’est bien vrai pour tout le monde et à tous les âges de la vie !
Je vous rappelle que le regard est un ensemble indissociable composé des yeux dans un « écrin »

  • Paupières,
  • Front,
  • Tempes,
  • Cernes
  • Sourcils.

C’est sur cet « écrin » que nous pouvons agir.

Dans la 1ére partie je vous ai traité les paupières. Dans la 2éme j’ai traité le front. Dans la 3éme partie j’ai traité les tempes. Dans la 4éme partie j’ai traité les cernes.
Je vais vous parler maintenant des SOURCILS, atout à tort négligé et maltraité par des épilations intempestives.
Les avantages des sourcils sont nécessaires au regard :
– De par leur:  1 – Forme les sourcils soutiennent le regard.
– De par leur:  2 – Densité ils donnent de l’intensité au regard.
– De par leur:  3 – Couleur ils donnent des reflets aux yeux.

1 – La forme :

Les sourcils tombants donnent une impression de fatigue et de lassitude à un regard. Tout le visage peut avoir l’air fatigué et plus âgé par la seule ligne des sourcils.

Pour redonner une courbe harmonieuse aux sourcils et les replacer en bonne position, plusieurs techniques sont utilisables :

La toxine botulique permet, par quelques points bien placés, de remonter la queue du sourcil et d’ouvrir le regard. Le but du traitement va être de relaxer le muscle orbiculaire de l’œil qui tire le sourcil vers le bas. L’ouverture du regard ne sera visible qu’au bout de quelques jours, et le traitement devra être renouvelé une à 2 fois par an.

• Dans certains cas, un point d’acide hyaluronique permettra de soutenir la queue du sourcil et d’optimiser le résultat de la toxine botulique

• Dans les cas de sourcils très tombants, un lifting temporal voire directement lifting des sourcils sera nécessaire pour replacer le sourcil en bonne place. Le résultat post opératoire pourra par la suite également être entretenu par des injections régulières de toxine botulique.

• Enfin il est toujours possible de modifier très légèrement la forme d’un sourcil par la technique de pigmentation (=tatouage). Attention à ne pas trop modifier le dessin naturel sous peine d’avoir des sourcils de clown (forme et couleur aberrantes).

2 – La densité:

regard

Les poils des sourcils ne vivent que 4 mois et en vieillissant se renouvellent de moins en moins (comme beaucoup de nos cellules).

La perte de la densité liée au temps et/ou aux épilations fait perdre de l’importance au regard qui semble s’effacer…

• Il existe à leur actuelle des produits qui permettent aux poils des sourcils de se redensifier. On les achète en pharmacie. Au bout d’un mois d’application journalière les sourcils redeviennent fournis et on doit continuer l’application très régulièrement afin de conserver la densité retrouvée.
• Là aussi un tatouage intelligemment appliqué peut aussi remédier à l’impression de densité des poils.

3 – La couleur:

La couleur naturelle est toujours préférable.

D’ailleurs qui vous regarder les plus belles stars blondes par décoloration elles ont toutes gardé la couleur naturelle de leurs sourcils (Catherine Deneuve, Sharon Stone, Marilyn Monroe et bien d’autres).

La teinture des sourcils ne tient que quelques jours et est souvent frustrante.

Certaines personnes ne supportent pas de voir leur poils de sourcils virer au blanc et les retirent ou les teignent. C’est, à mon sens, une erreur. Quelques poils blancs donnent des reflets au sourcil. Et tous les sourcils blancs font briller la couleur des yeux….

La couleur, la densité et la forme des sourcils ainsi retrouvées vont participer à rendre toute sa puissance d’accroche et de séduction à cette « grande arme » qu’est notre regard.


LE REGARD – Analyse par le Dr GAUTHIER – Part IV

Analyse du Regard .:: LES CERNES ::.

« Le regard est la grande arme de la coquetterie »… disait Stendhal

Et c’est bien vrai pour tout le monde et à tous les âges de la vie !
Je vous rappelle que le regard est un ensemble indissociable composé des yeux dans un « écrin »

  • Paupières,
  • Front,
  • Tempes,
  • Cernes
  • Sourcils.

C’est sur cet « écrin » que nous pouvons agir.

Dans la 1ére partie je vous ai traité les paupières. Dans la 2éme j’ai traité le front. Dans la 3éme partie j’ai traité les tempes.
Je vais vous parler maintenant des CERNES.
Les cernes constituent un motif extrêmement fréquent de consultation. Elles peuvent apparaître très tôt, dès la vingtaine.
Les cernes présentent les caractéristiques suivantes :
– un 1/creux (ou dépression) plus ou moins importante,
– une 2/coloration plus ou moins foncée,
– une prolongation dans la joue qu’on nomme « 3/vallée des larmes ».

1 – Le creux :

Le traitement consiste à redonner du volume pour atténuer le creux s’il est trop important ou s’il s’est creusé.
2 méthodes seront alors possibles :
– Une méthode médicale par injections d’acide hyaluronique. Le traitement des cernes requiert cependant une technique et un type d’acide hyaluronique particuliers.
En effet, pour éviter un effet secondaire indésirable à type de poche légèrement bleutée, il est nécessaire d’une part d’utiliser un produit spécialement adapté à cette région fragile (où la peau est extrêmement fine), et d’autre part de réaliser les injections de manière très profonde, au contact de l’os.
Avec la bonne technique, le bon produit et surtout le calcul exact du volume à restaurer (c’est-à-dire avec un médecin consciencieux et doué), les résultats sont immédiatement visibles.
Dans cette région les résultats durent généralement de 2 à 3 ans.
– Une méthode chirurgicale par lipofilling est également possible. Comme pour toute zone, le lipofilling permet de restaurer les volumes de manière définitive contrairement à l’acide hyaluronique.

2 – La coloration :

En cas de cernes plutôt colorés, un traitement de comblement est toujours possible et pourra en partie améliorer le problème.

Cependant, en cas de réelle dyschromie (trouble de la pigmentation cutanée), un traitement de surface sera nécessaire. Dans ce cas, 2 types de traitement pigmentaires sont possibles :

• Un traitement par laser (CO2, Erbium) peut être réalisé,

• Un traitement par peeling dépigmentant pourra améliorer la couleur des cernes. Ce traitement initialement utilisé pour le traitement des cernes colorés chez les patients à peau noire est également utilisable sur les peaux caucasiennes. Le seul impératif à respecter concerne l’exposition solaire qui devra être totalement évitée le temps du traitement et les 15 jours suivants, de façon à éviter un rebond pigmentaire.

Les traitements à base de lumière (lampe flash qu’on nomme aussi Intense Pulse Light) sont souvent inefficaces.

3 – La vallée des larmes :

La vallée des larmes est constituée par le prolongement du cerne. Elle réalise souvent une marque creusée en diagonale en travers de la joue et donne un aspect fatigué au regard et au visage en accentuant les sillons nasogéniens.

Le traitement de la vallée des larmes doit toujours précéder le traitement éventuel des sillons nasogéniens car l’injection de la vallée des larmes va restaurer l’harmonie du visage, défatiguer le regard et, par un effet « mini lift », améliorer les sillons nasogéniens.

La restauration du volume de la vallée des larmes doit être très prudente pour ne pas grossir démesurément les joues lors du sourire.

Elle se fait grâce à des injections d’acide hyaluronique.

Les injections peuvent venir compléter un traitement de comblement des cernes en se prolongeant à la vallée des larmes. En revanche, l’acide hyaluronique utilisé ne sera en général pas le même car la vallée des larmes requiert un type d’acide plus volumateur (en faisant attention qu’il ne soit pas « trop » volumateur…).

L’éclat ainsi retrouvé de nos paupières inférieures va participer à rendre toute sa puissance d’accroche et de séduction à cette « grande arme » qu’est notre regard.


LE REGARD – Analyse par le Dr GAUTHIER – Part III

Analyse du Regard .:: LES TEMPES ::.

« Le regard est la grande arme de la coquetterie »… disait Stendhal

Et c’est bien vrai pour tout le monde et à tous les âges de la vie !
Je vous rappelle que le regard est un ensemble indissociable composé des yeux dans un « écrin »

  • Paupières,
  • Front,
  • Tempes,
  • Cernes
  • Sourcils.

C’est sur cet « écrin » que nous pouvons agir.

Dans la 1ére partie je vous ai traité les paupières. Dans la 2éme j’ai traité le front.
Je vais vous parler maintenant des TEMPES.
Les tempes en vieillissant 1/se creusent. Ce qui contribue à donner au regard un aspect à la fois fatigué et « hagard ». Bien sûr les expositions solaires y laissent aussi des 2/troubles de la pigmentation (tâches de « vieillesse »). Enfin les expressions incessantes des yeux y laissent des rides qu’on appelle 3/les rides de la « patte d’oie » et qui sont parfois très jolies et parfois beaucoup moins.

1 – Les creux :

Avec l’âge, la répartition naturelle des graisses du visage évolue : certaines graisses disparaissent d’autres se déplacent. Au niveau des tempes la graisse qui entoure le regard de l’enfant disparait petit à petit … et la peau se rapproche de plus en plus du squelette.
L’œil se creuse et perd sa douceur.

Dans ce cas, la restauration du volume de l’orbite permettra de défatiguer et de rajeunir le regard.

Pour cela, 2 types de traitements sont possibles:

– Un traitement médical par injections d’acide hyaluronique. Ce traitement pourra être réalisé au cabinet.
Il devra être répété tous les 2 à 3 ans.
Les suites du traitement sont simples, avec une reprise immédiate des activités. Aucune éviction sociale.

– Un traitement chirurgical par remplissage du creux avec un lipofilling. Cette intervention se déroulera obligatoirement au bloc opératoire (sous anesthésie locale ou générale). Dans le même temps, un lipofilling d’autres zones du visage (pommettes, menton, tempes…) sera évidemment possible, voire même un lifting.

2 – Les troubles de la pigmentation :

Les traitements à base de lumière (lampe flash qu’on nomme aussi Intense Pulse Light) sont souvent très efficaces.

Le bon vieux traitement à l’azote, tâche par tâche, est lui aussi efficace mais n’agit pas sur la qualité globale de la peau des tempes comme le font les traitements à base de lumière.

Lorsque les tempes sont parcheminées de petites cassures et que la peau a totalement perdu l’élastine et le collagène qui font sa fraicheur il faut avoir recours aux traitements de resurfacing pour refaire « peau neuve ».
Les traitements de resurfacing sont alors nécessairement agressifs puisqu’il s’agit de renouveler totalement la peau de cette région.
Les options thérapeutiques de resurfacing sont :
• Le laser (CO2, Erbium) : le temps de cicatrisation est plus ou moins long (les lasers fractionnés permettent de guérir plus vite mais imposent plusieurs séances).
• Les peelings en sachant que seuls les peelings forts vont pouvoir renouveler la peau, les petits peelings n’ont pas d’action de régénération mais n’ont qu’une action stimulante.
• Les traitements ablatifs par radiofréquence, eux aussi, peuvent être plus ou moins fractionnés et comportent un temps de récupération de plusieurs jours.

3 – Les rides de la « patte d’oie »:

Les rides de la patte d’oie sont de très fines rides d’expression apparaissant au sourire ou au rire et situées sur les côtés des yeux. Ces rides sont liées à la contraction du muscle orbiculaire de l’œil. Le muscle orbiculaire de l’œil est un muscle faisant tout le tour de l’orbite et se contractant lorsque l’on plisse les yeux, que l’on sourit ou que l’on rit.

Comme toute ride d’expression, les ridules de la patte d’oie vont donner de l’expressivité au visage. Cependant, des rides trop présentes (ou présentes même au repos) vont donner un air fatigué au regard.

• Le traitement de première intention (et le plus utilisé) est la toxine botulique. En effet, un traitement des rides de la patte d’oie par la toxine botulique va permettre de déplisser la peau du contour de l’œil et d’atténuer les ridules lors du sourire et du rire. Ce traitement devra, comme pour tout traitement par toxine botulique, être renouvelé une à 2 fois par an. Les injections de toxine botulique dans les rides de la patte d’oie sont en général associées à celles de la queue du sourcil pour ouvrir et défatiguer le regard

• Un traitement complémentaire de resurfacing ou de stimulation collagénique peut être envisageable une fois que le traitement par toxine botulique a été réalisé (et après quelques jours, le temps que l’effet de la toxine se mette en place).

• Les injections d’acide hyaluronique dans ses rides ne donnent pas de bons résultats en général. On peut tout de fois essayer d’atténuer des rides profondes en nappant légèrement le fond de la ride par des injections fine et prudentes d’acide hyaluronique.
Il faut souvent les faire en plusieurs temps : 2 à 3 séances espacées de plusieurs semaines.

L’éclat ainsi retrouvé de nos tempes va participer à rendre toute sa puissance d’accroche et de séduction à cette « grande arme » qu’est notre regard.


LE REGARD – Analyse par le Dr GAUTHIER – Part II

Analyse du Regard .:: LE FRONT ::.

« Le regard est la grande arme de la coquetterie »… disait Stendhal

Et c’est bien vrai pour tout le monde et à tous les âges de la vie !
Je vous rappelle que le regard est un ensemble indissociable composé des yeux dans un « écrin »

  • Paupières,
  • Front,
  • Tempes,
  • Cernes
  • Sourcils.

C’est sur cet « écrin » que nous pouvons agir.
Dans la 1ére partie je vous ai traité les paupières.
Je vais vous parler maintenant du FRONT.
Le front vieilli à cause de ses mouvements perpétuels lors de nos 1/expressions. Mais il vieilli aussi très vite à cause des expositions solaires puisqu’il est « aux premières lignes » de la réception des rayons solaires. Ainsi des 2/troubles de la pigmentation (tâches de « vieillesse ») et des 3/rides marquées et des sillons marquent notre front.

1 – Les expressions :

Elles sont atténuées grâce à les injections de toxine botulique (botox).
Les rides du lion sont facilement diminuées de moitié lorsqu’on injecte les muscles de la glabelle (qui sont responsables de(s) la ride(s) du lion).
Les rides horizontales du front sont aussi diminuées, voire effacées, par les injections de toxine botulique (botox) MAIS … le risque de faire descendre les sourcils « en casquettes » sur les yeux est très grand.
Il faut savoir accepter quelques rides horizontales du front au bénéfice d’un joli regard et non pas d’un regard de « cocker » ou de « chien battu »…

2 – Les troubles de la pigmentation :

Les traitements à base de lumière (lampe flash qu’on nomme aussi Intense Pulse Light) sont souvent très efficaces.

Le bon vieux traitement à l’azote, tâche par tâche, est lui aussi efficace mais n’agit pas sur la qualité globale de la peau du front comme le font les traitements à base de lumière.

Lorsque le font est parcheminé de petites cassures et que la peau a totalement perdu l’élastine et le collagène qui font sa fraicheur il faut avoir recours aux traitements de resurfacing pour refaire « peau neuve ».
Les traitements de resurfacing sont alors nécessairement agressifs puisqu’il s’agit de renouveler totalement la peau de cette région.
Les options thérapeutiques de resurfacing sont :
Le laser (CO2, Erbium) : le temps de cicatrisation est plus ou moins long (les lasers fractionnés permettent de guérir plus vite mais imposent plusieurs séances).
Les peelings en sachant que seuls les peelings forts vont pouvoir renouveler la peau, les petits peelings n’ont pas d’action de régénération mais n’ont qu’une action stimulante.
Les traitements ablatifs par radiofréquence, eux aussi, peuvent être plus ou moins fractionnés et comportent un temps de récupération de plusieurs jours.

3 – Les rides marquées et les sillons :

Les injections d’acide hyaluronique dans les rides et les sillons du front donnent de bons résultats mais doivent être extrêmement fines et prudentes.

Il faut souvent les faire en plusieurs temps : 2 à 3 séances espacées de plusieurs semaines.
Elles donnent un résultat assez durables dans le temps (environ 2 ans).

L’éclat ainsi retrouvé de notre front va participer à rendre toute sa puissance d’accroche et de séduction à cette « grande arme » qu’est notre regard.